Homoparentalité, fonctionnement familial, développement et socialisation des enfants

Porté par Alain Ducousso-Lacaze

Ce projet est élaboré en partenariat avec l’équipe-projet ELFE (Etude Longitudinale Française depuis l’Enfance, Unité Mixte INED-INSERM-EFS) et a pour objectif général d’initier une étude longitudinale de la socialisation et du développement des enfants qui grandissent actuellement au sein de familles homoparentales. L’approche est pluridisciplinaire.
La recherche se décomposera en deux volets : un volet quantitatif et un volet qualitatif. Le volet qualitatif quant à lui comportera deux axes : un axe socio-anthropologique et un axe de psychologie clinique. A chacun correspondent des objectifs spécifiques.
Dans l’étude initiée par Elfe, seule 16 familles homoparentales ont été recrutées, toutes composées d’un couple de femmes. Il s’agit dans le volet quantitatif, d’élargir cet échantillon en vue d’une exploitation statistique comparée avec les autres familles enquêtées et avec une meilleure représentativité de ce que sont les familles homoparentales (couples d’hommes, adoption…). Le questionnaire sera également ajusté et complété pour mieux saisir le parcours affectif, conjugal et familial des parents, leur mode d’accès à la parentalité, leurs expériences des institutions et les relations de filiation.
Le volet qualitatif comprend un axe socio-anthropologique complémentaire aux enquêtes par questionnaire, avec des entretiens et des observations directes d’une cinquantaine de familles pour permettre une compréhension fine des trajectoires, des contextes de vie et des formes d’éducation. Il s’agit d’analyser le fonctionnement différent ou semblable de ces familles et de déterminer les facteurs en jeu.

Il comprend aussi un axe psychologie clinique qui étudiera 10 familles homoparentales (5 couples de femmes, 5 couples d’hommes) de la cohorte précédente et 10 familles avec des enfants entre 9 et 10 ans. Les entretiens auront lieu d’une part en couple et d’autres part avec les enfants pour lesquels des supports (test projectifs, génogramme) serviront d’appui. Il s’agit ici de pouvoir comparer la production des enfants au discours des parents, de comparer les prémices de ces constructions selon l’âge de l’enfant (nés en 2011, nés
avant 2005)
D’une manière générale cette recherche vise à la fois à produire des données quantitatives comparables avec celles de l’étude ELFE quant à la construction identitaire des enfants nés en contexte homoparental et à approfondir les données sur un plan qualitatif concernant les familles de ces mêmes enfants selon une orientation socio-anthropologique et clinique. Pour chaque domaine, l’effectif est réajusté et des modalités différentes de recueil sont envisagées – questionnaire, entretien, entretien de couple, supports projectifs… – en direction des parents et des enfants. Chacune des disciplines utilisera des hypothèses, des méthodologies et une mise en forme des résultats correspondant à son domaine de légitimité. Toutefois, sur la base de cette reconnaissance de la spécificité de chacune, sera recherchée une complémentarité visant à établir une intelligibilité transversale des phénomènes étudiés.
Ainsi, dans le suivi collectif, seront mobilisés les regards des différentes disciplines en fonction des différents enjeux empiriques et théoriques centraux dans cette recherche.

Les commentaires sont fermés.