Etats généraux de la bioéthique / L’assistance médicale à la procréation – CHU BORDEAUX

L’assistance médicale à la procréation (AMP) ou procration médicalement assistée (PMA) désigne les techniques médicales consistant à manipuler spermatozoïdes et/ou ovules pour aboutir à une fécondation et concevoir un enfant. Depuis ses débuts, les techniques d’AMP ont évolué, permettant de faire naître plusieurs dizaines de milliers d’enfants par an en France. Aujourd’hui, alors que ces techniques sont bien maitrisées, des demandes se font jour pour repenser leurs contextes d’utilisation.

Colloque : Récits de souffrance et de guérison 5/6 avril, Poitiers

Narratives of Suffering and Recovery: How Qualitative Studies and Literature Enrich Contemporary Psychology
Récits de souffrance et de guérison : Une contribution des études qualitatives et littéraires à la psychologie contemporaine

Au regard de son développement au 20ème siècle, la psychologie contemporaine a désormais
recours à une plus grande diversité de méthodes d’investigation, de constructions et de finalités
théoriques. Alors que les études expérimentales et la démarche hypothético-déductive demeurent
un paradigme de référence pour la discipline, de nombreux ouvrages de méthodologie qualitative
en psychologie (e.g. Smith 2015; Howitt 2012), et un nombre croissant de publications s’y référant
(e.g. Rennie et al. 2002), témoignent d’un intérêt conséquent pour des stratégies de recherche
alternatives. Ces méthodes qualitatives se sont dotées de critères d’évaluation de leur crédibilité
(Santiago-Delefosse et al. 2015) afin de favoriser leur diffusion scientifique dans des revues
propres à la discipline, et dans d’autres domaines connexes (notamment en médecine et en
neurosciences). Bien qu’elles aient gagné en visibilité et en reconnaissance dans le monde Anglo-
Saxon ces deux dernières décennies, la contribution de ces méthodes qualitatives à la psychologie
contemporaine semble être encore peu reconnue en France (Santiago-Delefosse & del Rio Carral
2017). Ce symposium se propose de présenter quelques-unes de ces approches qualitatives, en
invitant des chercheurs et cliniciens de plusieurs universités européennes qui les pratiquent :
l’Analyse Phénoménologique Interprétative (IPA), la psychologie narrative, l’analyse discursive et la
théorie ancrée. Il s’agira de présenter ces stratégies de recherche qualitative en psychologie, leurs
démarches vis-à-vis des récits individuels ou collectifs et leurs éclairages sur les pratiques cliniques
concernées. Une approche psychanalytique du contre-transfert et des méthodes projectives
contribuera à cette réflexion méthodologique plurielle à partir de l’étude de cas. Les fondements
épistémologiques de la psychologie qualitative seront aussi présentés, indiquant leurs liens avec
une reconnaissance grandissante de l’importance du langage dans les sciences humaines, ses
implications symboliques dans le lien social, et la fabrication du sens inhérente à toute situation
psychologique. Considérant l’impact d’une diffusion généralisée de l’information sur Internet, les
possibilités de ce « tournant discursif » en psychologie (Ashworth 2015) sont d’autant plus
actuelles pour la discipline. Une diversité de récits constitue ainsi l’occasion d’une investigation
qualitative en psychologie : blogs, forums, communautés d’internautes et discours de sites plus
officiels (comme dans le champ de la médecine, par exemple). La considération de la psychologie
qualitative pour les récits individuels et collectifs, comme matériel de recherche, l’incite à nourrir
un dialogue avec d’autres disciplines dont le travail porte spécifiquement sur l’interprétation des
écrits et de leur contexte d’énonciation. Les recherches littéraires sont à cet égard d’un intérêt
précieux pour la psychologie, en permettant d’approcher les récits en tant que textes, produits
d’une constante activité de construction symbolique des interactions humaines. Cette lecture de
l’influence du langage – au travers des actes de discours – est d’une aide toute particulière pour les
cliniciens travaillant au contact de demandes de soin intriquées dans des histoires singulières. La
médecine narrative (Narrative-Based Medicine, cf. Sharon 2006 et Greenhalgh 1999), en tant que
développement de la médecine fondée sur les preuves (Evidence-Based Medicine), illustre à cet
égard la pertinence d’un tel dialogue interdisciplinaire et ses opportunités d’enrichissement des
pratiques cliniques aujourd’hui.
Nicolas Dauman, Université de Poitiers, EA4050.

Programme :
Day 1: Narratives in Clinical Settings
1ère Journée : Récits de patients dans les pratiques cliniques
9h – 9h15
Pr. Alain DUCOUSSO-LACAZE, Université de Poitiers (France)
Mots d’introduction du Directeur du CAPS-EA4050.
Keynote Speech from CAPS-EA4050 Director.
9h15 – 9h30
Dr. Nicolas DAUMAN, Université de Poitiers (France)
Introduction: The Recognition of Narratives by Contemporary Psychology.
Introduction : La considération de la psychologie contemporaine pour le récit et les actes narratifs.
9h30 – 10h45
Pr. Jonathan SMITH, Birkbeck University of London (England)
Trying to Make Sense of Pain: the Development and Application of Interpretative
Phenomenological Analysis (IPA) in Psychology.
Une recherche de sens dans l’expérience de la douleur: le développement et l’application de l’Analyse
Phénoménologique Interprétative (IPA) en psychologie.
________________________________________________________________________________
Coffee break: 15 min
Pause café : 15 min
________________________________________________________________________________
11h15 – 12h
Dr. Marion HAZA, Université de Poitiers (France)
Maniement du contre-transfert dans l’étude de cas en clinique psychanalytique.
Handling Countertransference in Case Studies of Psychoanalytical Clinic.
________________________________________________________________________________
Lunch break: Noon – 2:00 p.m.
Pause déjeuner : Midi – 14h00
________________________________________________________________________________
14h00 – 14h45
Dr. Niclas HAGEN, University of Gothenburg (Sweden)
The Lived Experience of Huntington’s Disease: A Phenomenological Perspective on Genes, the
Body, and the Lived Experience of a Genetic Disease.
L’expérience subjective de la maladie de Huntington : une perspective phénoménologique sur les gènes, le
corps et le vécu d’une maladie génétique.
14h45 – 15h30
Dr. Johanna SPIERS, Birkbeck University of London (England)
Exploring the Experience of Living With and Being Treated for End-Stage Renal Disease: Traditional
and Innovative Interpretative Phenomenological Analysis. »
Exploration de l’expérience subjective de la maladie rénale en phase terminale et de son traitement :
l’Analyse Phénoménologique Interprétative (IPA) entre tradition et innovation.
________________________________________________________________________________
Coffee break: 15 min
Pause café : 15 min
15h45 – 16h30
Pr. Gudrun OLSSON, Strömstad Academy (Sweden)
Narratives of Regret in a Psychotherapeutic Context.
Les récits de regrets exprimés dans un contexte psychothérapeutique.
16h30 – 17h15
Dr. Élise PELLADEAU, Université de Poitiers (France)
Travail du récit et récit au travail dans les épreuves projectives : des fondements méthodologiques
aux leviers thérapeutiques.
The Working Through of Patients Narratives in Projective Methods: from Methodological Grounds to
Therapeutic Means.
Day 2 : Constructing / Deconstructing Narratives
2ème Journée : Construire / déconstruire les récits que nous produisons
9h00 – 10h15
Pr. Marie SANTIAGO DELEFOSSE, Université de Lausanne (Suisse)
Recherche qualitative en psychologie, des fondements épistémologiques aux critères de qualité.
Qualitative Research in Psychology: from Epistemological Grounds to Quality Criteria.
10h15 – 11h00
Pr. Soly ERLANDSSON, West University, Trollhättan (Sweden)
Behind Words: Challenging the Hegemonic View on Children with Conduct Disorders.
Les enjeux discursifs et les défis d’une vision hégémonique des troubles de la conduite chez l’enfant.
______________________________________________________________________________
Coffee break: 15 min
Pause café : 15 min
________________________________________________________________________________
11h15 – 12h00
Dr. Nicolas DAUMAN, Université de Poitiers (France)
La découverte de la frustration dans les récits de patients souffrant d’acouphènes : une illustration
de la théorie ancrée (Grounded Theory).
Discovering Frustration in Narratives of Patients Suffering from Tinnitus: an Example of Grounded Theory.
________________________________________________________________________________
Lunch break: Noon – 2:00 p.m.
Pause déjeuner : Midi – 14h00
________________________________________________________________________________
14h00 – 14h45
Dr. Jarmila MILDORF, University of Paderborn (Germany)
Narrative and Human Communication: Linguistic Perspectives.
Récit et communication humaine: perspectives linguistiques.
14h45 – 15h30
Pr. Christine BARON, Université de Poitiers (France)
La littérature comme moyen de résilience… ou pas.
Literature as a Means of Resilience, or is it?
________________________________________________________________________________
Coffee break: 15 min
Pause café : 15 min
________________________________________________________________________________
15h45 – 16h30
Dr. Christoph SINGER, University of Paderborn (Germany)
The I Outside Time: Silence as Recovery in Sebald and Federman.
Se retrouver, en dehors du temps : le silence comme restauration de soi chez Sebald et Federman.
16h30 : Conclusion of the Symposium
Conclusion du Symposium

L’heure nécessaire – 15 mars – Pascal Henri Keller

Pascal-Henri Keller, psychologue, Professeur émérite, viendra nous parler de

« L’obscure clarté du ciel mélancolique ».

Cette conférence aura lieu jeudi 15 mars, à 11h30, amphi B Raymond Pebayle (Campus, 3 rue Théodore Lefebvre)

« L’épidémie de dépression qui se répand depuis le milieu du xxe siècle dans le monde est un phénomène spectaculaire et inédit en santé mentale. Décrite et traitée comme une maladie moderne, la souffrance dépressive fait l’objet d’une médicalisation massive.

À l’opposé, la psychologie clinique l’aborde du point de vue singulier, sans omettre sa dimension universelle. Dans la culture européenne, l’histoire de la mélancolie révèle ses aspects familiers tout en soulignant la part d’énigme qu’il revient à la personne dépressive d’explorer. »

Addiction, jeunes, urgence. Rochefort 30/01

Marion Haza intervient

ADDICTIONS, JEUNES, URGENCES : DE QUOI PARLE-T-ON ?
le mardi 30 janvier 2018
au Palais des Congrès de Rochefort

 

Cette journée, organisée en partenariat avec le GRRITA et avec le soutien de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, est réalisée dans le cadre du projet « Jeunes consommateurs de substances psychoactives, articulation entre les services des Urgences et les dispositifs spécialisés en addictologie » déployé en ancienne Aquitaine depuis 2015.

Ce travail a permis de réaliser un kit d’intervention facilitant la coordination des Urgentistes, des Équipes de Liaison et de Soin en Addictologie (ELSA), des Consultations Jeunes Consommateurs (CJC) et de la médecine générale, lors d’un passage d’un jeune en intoxication aiguë aux urgences.

Nous avons choisi pour cette journée d’élargir la thématique à qu’est-ce qui fait urgence chez les jeunes aujourd’hui ?, aussi nous vous proposons de réfléchir à cette question à partir de plusieurs approches et outils.

 

Programme : http://www.addictlim.fr/sites/default/files/documents/Autres/Prog.%20jeunes%20%26%20urgences%2030_01_2018.pdf

Corps à corps, 25/01, BNF Paris

Marie José Grihom intervient dans cette journée.
L’enjeu de cette journée est de s’intéresser aux transformations, choisies ou subies, imposées aux corps et engageant des questions de genre. La matinée (« Le corps transformé ») sera consacrée aux problématiques liées au transgenre et à la transsexualité, l’après-midi (« Le corps malmené ») à la victimisation du corps féminin, à partir notamment de faits divers.

En partenariat avec l’université Paris-Sorbonne, le CRLC (Centre de recherches en littérature comparée), VALE (Voix Anglophones : Littérature et Esthétique) et la Mission égalités.

jeudi 25 janvier 20189h30-17h15

Corps à corps : identités sexuelles, faits divers, genre

9h30 : Accueil et présentation de la journée par les organisateurs : représentant de la BnF, pour Paris-Sorbonne : Pascal AquienFrédéric RegardAnne Tomiche

MATINÉE : Le corps transformé

9h45-10h15 : Laurence Hérault, anthropologue
« Transidentité, famille et engendrement »

10h30-12h30 : Table ronde animée par Pascal Aquien
« Personnes et identités trans », avec :
Laurence Hérault (anthropologue)Karine Espineira (sociologue des médias)
Arnaud Alessandrin (sociologue)
Marie-Pierre Pruvot alias Bambi
Agnès Condat (médecin à la consultation identité sexuée enfants et adolescents à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière)
Bernard Cordier (médecin psychiatre)
Claire Desgrées du Loû (avocat honoraire)

APRÈS MIDI : Le corps malmené

14h30-15h : Frédéric Chauvaud, historien
« Les corps saccagés des hommes et des femmes mis en images et en récits de 1880 à 1940 »

15h15-17h15 :Table ronde animée par Frédéric Regard
« Violences faites aux femme », avec :
Frédéric Chauvaud (historien)
Anne-Claude Ambroise-Rendu (historienne)
Eugénie Saitta (sciences de l’information et de la communication)
Claire Desgrées du Loû (avocat honoraire)
Marie-Josée Grihom (psychologue clinicienne et psychanalyste)
Alice Debauche (sociologue)

produire se reproduire – forum bioethique 30/01 au 4/02/18 – Strasbourg

Alain Ducousso Lacaze participe le 4/02 autour de LA DIVERSITÉ DES PARENTALITÉS

Programme : https://static1.squarespace.com/static/594fa4089de4bbe55e20c55e/t/5a572444ec212d24a8b27c8e/1515660357720/FEB+flyer+invit+CHU+A4+vf_siteweb.pdf

Publication : Alexithymie et subjectivation

Par Perpete Berger, T., Albarracin, D., Ducousso-Lacaze, A.

Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescnence

 

Résumé

Introduction

En prenant en considération les différents aspects de l’alexithymie, ce texte présente l’observation d’un enfant de dix ans présentant les signes d’une difficulté majeure à accéder à la subjectivation. Durant les premières rencontres, une inhibition massive était observée chez l’enfant à chaque confrontation à une question autour de ses affects. Après quelques mois de traitement, nous avons fait le constat d’une absence d’évolution dans le cadre du suivi, ce malgré une relation apparemment investie et agréable pour l’enfant. À l’inverse, cette relation semblait au thérapeute froide, vide et pourvue de peu de sens. Ces observations nous ont permis d’identifier un désordre inhabituel dans le développement psycho-affectif de cet enfant, l’ayant probablement conduit à l’alexithymie. Dans ce contexte, en faisant l’expérience d’une relation de transfert atypique avec ce patient, le thérapeute a décidé de proposer à son patient un dispositif basé sur des séances avec l’enfant et sa mère, prenant support sur la capacité particulière observée chez la mère à interpréter les affects présents chez son fils.

Méthode

Le thérapeute a proposé des séances divisées en deux parties. Ce dernier verrait ainsi l’enfant seul dans un premier temps, puis sa mère les rejoindrait pour échanger autour des semaines passées et des incidents éventuellement rencontrés. Ces discussions régulières, proposées dans le cadre de ce que nous proposons d’appeler « un fonctionnement circulaire » semblent avoir permis d’éprouver dans la réalité extérieure ce qui était présent depuis le début : un mode intime, dyadique et presque purement interne de communication entre mère et enfant autour du registre affectif. Nous nous sommes appuyés sur des référentiels psychanalytiques (Winnicott, Green, Richard…) pour aménager notre façon d’être avec ce patient tout comme pour décrire notre parcours intellectuel au fil de ce travail.

Résultats

Au cours de cette année de traitement, nous avons pu mettre à jour certains aspects spécifiques du fonctionnement familial et ouvrir une voie vers la subjectivation qui soit plus porteuse pour le patient. La psychothérapie se poursuivant aujourd’hui, nous pouvons observer une diminution des résistances présentées initialement par l’enfant et effectuons ponctuellement des séances complètes sans la mère du patient, ce à la demande de ce dernier.

Conclusion

En utilisant les observations issues de la psychothérapie de cet enfant présentant un syndrome alexithymique, les auteurs ont souhaité proposer l’application d’un point fondamental en psychiatrie de l’enfant, à savoir la nécessité de rester créatif, ouvert et préparé à adapter son dispositif thérapeutique à chaque patient présentant des besoins spécifiques.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0222961717301642