La famille à l’épreuve du handicap 26/10 _ conférences et ciné débat

 26 octobre 2018, salle Confluence, 14h-17h

puis soirée ciné-débat au Planétarium, 18h30-20h

Espace Mendès France : 1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS

Modalités d’accès
Tous publics.
Accès libre.

Journée d’études sous la direction de Marie-José Grihom, professeur de psychologie clinique et pathologique, laboratoire Caps, université de Poitiers ; Alain Ducousso-Lacaze, professeur de psychopathologie clinique, laboratoire Caps, université de Poitiers et Serge Bernard, chercheur associé, laboratoire Caps et doctorant en géographie sociale, laboratoire Ruralités, université de Poitiers.
14h. Conférence de Régine Scelles, professeur de psychopathologie, université de Paris-Nanterre.
15h40. Faire famille avec le handicap. Table ronde.
18h30. Ciné-débat

L’objectif est de situer la part de la famille dans l’accueil, la reconnaissance et l’accompagnement d’un enfant porteur de handicap. La parentalité est bien sûr évoquée mais tout particulièrement la place et le rôle des liens fraternels dans le tissage d’un « faire famille » avec et en dépit de la dissemblance. Régine Scelles aborde ce qui fait souffrance mais aussi ce qui se présente comme une ressource dans les liens pour faire de l’enfant handicapé un sujet à part entière du groupe familial. Une table ronde croise des perspectives de recherche en psychologie, psychanalyse et sociologie.

Organisé par la Maison des sciences de l’Homme et de la société (MSHS), dans le cadre du CPER Insect.

La PMA pour toutes. Les enjeux de la révision de la loi bioéthique. 4/10 18h

 

Espace Mendès France : 1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS

Modalités d’accès
Tous publics.
Accès libre.

Table ronde avec Julie Terel, juriste, docteur en droit, chargée de cours, université de Bordeaux ; Marie Gomes Da Cunha, agrégée et docteur en philosophie, chargée de cours en philosophie, université  de Bordeaux Montaigne ; Dominique Mehl, sociologue, directeur de recherche au CNRS ; Lydie Bodiou, historienne, université de Poitiers et Alain Ducousso-Lacaze, psychologue psychanalyste, professeur de psychopathologie clinique, université de Poitiers.

La question de l’ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes (c’est-à-dire aussi les femmes seules ou en couple avec une autre femme) a fait débat à l’échelle nationale dans le cadre de l’ouverture des États généraux de la bioéthique, préalable à une possible révision de la loi bioéthique au Parlement. Il convient, au cours de cette table ronde, d’entendre et de discuter les avis de chercheurs de différentes disciplines dans ce qui apparaît comme une évolution nécessaire de notre société.

Organisé par la Maison des sciences de l’Homme et de la société (MSHS), dans le cadre du CPER Insect. Dans le cadre de la Fête de la science 2018.

Etats généraux de la bioéthique / L’assistance médicale à la procréation – CHU BORDEAUX

L’assistance médicale à la procréation (AMP) ou procration médicalement assistée (PMA) désigne les techniques médicales consistant à manipuler spermatozoïdes et/ou ovules pour aboutir à une fécondation et concevoir un enfant. Depuis ses débuts, les techniques d’AMP ont évolué, permettant de faire naître plusieurs dizaines de milliers d’enfants par an en France. Aujourd’hui, alors que ces techniques sont bien maitrisées, des demandes se font jour pour repenser leurs contextes d’utilisation.

L’heure nécessaire – 15 mars – Pascal Henri Keller

Pascal-Henri Keller, psychologue, Professeur émérite, viendra nous parler de

« L’obscure clarté du ciel mélancolique ».

Cette conférence aura lieu jeudi 15 mars, à 11h30, amphi B Raymond Pebayle (Campus, 3 rue Théodore Lefebvre)

« L’épidémie de dépression qui se répand depuis le milieu du xxe siècle dans le monde est un phénomène spectaculaire et inédit en santé mentale. Décrite et traitée comme une maladie moderne, la souffrance dépressive fait l’objet d’une médicalisation massive.

À l’opposé, la psychologie clinique l’aborde du point de vue singulier, sans omettre sa dimension universelle. Dans la culture européenne, l’histoire de la mélancolie révèle ses aspects familiers tout en soulignant la part d’énigme qu’il revient à la personne dépressive d’explorer. »